Vers la société sans pères Vers la société sans pères 1963


Éditeur : Gallimard 1963 Langue : Français Poche : 354 pages Bon état mais coins légèrement frottés


12 
  • Livraison:  

En savoir plus


A Mitscherlich dégage une contradiction majeure : d'une part, effacement progressif et inévitable de la figure paternelle, pilier de l'identification socialisante ; au sens à la fois propre et figuré du terme, le père est devenu invisible : on ne voit plus son travail, on en ignore les résultats, l'autorité se vide de tout contenu ; d'autre part, persistance de modèles traditionnels contraignants dont l'action finit par n'avoir plus, pour l'individu, d'autre fonction que répressive ; d'où, en contrepartie, une libération, plus ou moins anarchique, des forces pulsionnelles avec les effets subjectifs qu'elle entraîne : agressivité, angoisse, indifférence. Comment pourrait-on prêcher l'adaptation à la société quand l'idéal du moi, ainsi démantelé, est à réinventer ?